Sourcing des talents, hégémonie des soft skills, « freelancisation »… le monde du travail de demain devra relever le défi de la mobilité et de la flexibilité. En cette fin d’année, nous vous proposons de passer revue certaines des principales tendances RH qui se profilent en 2017…

#1 Le sourcing des talents : un enjeu toujours plus crucial

Les professions qui accusent une pénurie de talents devraient vraisemblablement rester sous tension chronique, notamment dans les métiers du développement web/mobile et des nouvelles technologies. En effet, le virage numérique devrait poursuivre sa tendance haussière, surtout dans un contexte où l’économie mondiale donne des signes de croissance encourageante. En ce sens, les professionnels des Ressources Humaines devront se mettre au diapason pour rationaliser le sourcing qui devient un enjeu crucial pour l’entreprise. Les campagnes massives de recrutement seront à ce titre de plus en plus confiées à des cabinets spécialisés.

#2 Les « soft skills » à l’honneur

Tous les secteurs d’activité ont gagné en turbulence et en volatilité avec la démocratisation des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Dans ce contexte mouvant et incertain, les compétences techniques deviennent très vite obsolètes. En 2017, les entretiens d’embauche devraient poursuivre leur glissement vers le qualitatif pour faire la part belle à l’évaluation des qualités personnelles et interpersonnelles, du savoir-être et de la capacité à acquérir de nouvelles compétences pour s’adapter. Le potentiel d’apprentissage devrait également occuper une place de choix dans le processus de recrutement.

#3 Big Data : le big défi des RH

Le Big Data devrait investir un peu plus les entreprises pendant les trois prochaines d’années. Toutefois, nous sommes encore loin des analyses prédictives et contextualisées des données RH qui pullulent aux Etats-Unis (les fameuses HR Analytics). En ce sens, on continuera d’accuser en France un certain retard dans l’anticipation des besoins futurs en termes d’effectif, de profils, de compétences, de leviers de motivation et des risques de démotivation avec la clé une accentuation du turnover. Nous en parlons dans notre article sur le Big Data et les Ressources Humaines.

#4 La « freelancisation » du travail

Au Pays-Bas, un employé sur deux travaille à temps partiel pour une productivité cumulée équivalente à celle de la France. Pour beaucoup, le temps partiel est le prélude à des formes d’organisation alternatives comme le télétravail puis le Freelance. En France, le nombre de freelanceurs a bondi de 85% au cours des 10 dernières années. Cette tendance de fond qui exacerbe la pénurie des talents n’est en réalité que la matérialisation du besoin de mobilité, de souplesse et d’aménagement du temps de travail exprimé par la nouvelle génération. Aux Etats-Unis, un travailleur sur trois et à son compte et on s’attend à une augmentation du nombre de freelanceurs de plus de 40% à l’horizon 2020.

#5 Le Cooc gagnera du terrain

Après des balbutiements qui auront duré près de dix ans, les entreprises françaises semblent enfin mesurer l’importance de la formation des employés par des moyens autres que les cours classiques, coûteux et logistiquement contraignants. Le Corporate Open Online Course (version « professionnelle » du Mooc) devrait donc faire son apparition dans les entreprises françaises pour optimiser la formation professionnelle et l’apprentissage sur ordinateur.