Le rapport annuel de LinkedIn propose de revenir sur les principales tendances RH de l’année écoulée, notamment en matière d’évaluation des recrutements, de promotion de la marque employeur ou encore de la formalisation de la mobilité interne. Ce billet vous propose une synthèse des principaux enseignements de l’enquête menée par le réseau social professionnel.

#1 Les DRH peu satisfaits des méthodes d’évaluation des recrutements

La question de l’évaluation des équipes de recrutement s’impose aujourd’hui avec force auprès des DRH. Selon l’étude LinkedIn, ils sont 42% à faire confiance à l’indicateur de la qualité des recrutements, mesurable à travers des variables comme la satisfaction du recruteur (57%), le rendement des nouvelles recrues (46%) et enfin la fidélisation du personnel ou le turnover (35%). D’un autre côté, les professionnels sondés restent plutôt sceptiques quand à la fiabilité de ces méthodes d’évaluation. En effet, seuls 33% des responsables de recrutement estiment qu’ils « mesurent efficacement la qualité du recrutement », tandis que 5% seulement pensent que leur méthode d’évaluation « est la meilleure ». Dans l’Hexagone, les statistiques s’alignent sur la tendance mondiale avec 34% de « sceptiques ». Les DRH allemands (42%) et espagnols (41%) sont par ailleurs les plus satisfaits de leurs approches en matière d’évaluation de la qualité des recrutements.

#2 La promotion de la marque employeur reprend des couleurs

Après un léger recul lors de l’exercice précédent, la promotion de la marque employeur revient dans le sillage des priorités absolues des DRH, dans la mesure où les stratégies en la matière deviennent proactives et volontaristes, notamment à travers des mesures régulières et normalisées sur les réseaux sociaux. 77% des responsables interrogés estiment que le site web de l’entreprise reste l’outil le plus efficace pour promouvoir la marque employeur, suivi par les réseaux sociaux professionnels (66%) et enfin les réseaux sociaux grand public (43%). L’étude met également en lumière le fait que la fonction d’acquisition des talents devient la seule détentrice de la mission de promotion de la marque employeur dans 30% des cas, un chiffre qui a doublé en 3 ans.

#3 La mobilité interne a le vent en poupe en France

Le recrutement des talents avant la concurrence reste la principale priorité de 46% des équipes de recrutement. Toutefois, l’étude fait état d’un intérêt croissant des professionnels RH pour le recrutement interne. 40% des sondés estiment que la mobilité interne est ou sera une composante décisive de leur stratégie de recrutement. La France semble avoir une longueur d’avance en matière de mobilité interne : 43% des sondés affirment disposer d’un programme bien défini pour les opportunités d’évolution, soit presque le double de la moyenne mondiale. Les entreprises françaises accordent toutefois peu d’importance à la formalisation des opportunités de mobilité latérale (6%) comparativement à la moyenne mondiale (11%).

Ces tendances devraient vraisemblablement se confirmer au cours de l’année 2017 : 49% des sondés estiment que la promotion de la marque employeur sera le maître-mot du prochain exercice. La question de la mobilité interne devrait également recevoir plus d’attention à l’échelle mondiale (29%).