L’utilisation des réseaux sociaux dans les problématiques de recrutement est au cœur des débats actuellement. De nombreuses études s’intéressent à ces nouveaux canaux de sourcing et n’hésitent pas à les mettre en concurrence avec les plateformes internet de recrutement – les jobboards – incontournables jusqu’à aujourd’hui.

Le marché des jobboards est-il menacé ? Les réseaux sociaux constituent–ils les nouveaux outils de sourcing des recruteurs ?

Afin de répondre à ces questions Adecco France a lancé une étude visant à analyser le comportement des candidats sur le web, dans le cadre de leur recherche d’opportunités.

L’étude a été menée sur 5000 personnes, elle révèle que les cadres sont les principaux utilisateurs des réseaux (46%), viennent par la suite les professions intermédiaires (24%), les employés (17%) et les ouvriers (7%).
Un décalage est constaté entre la perception des réseaux sociaux et leur utilisation par les candidats. On note qu’un candidat sur deux les juge utiles lorsque seulement 23% des personnes interrogées y recourent.

Cette étude révèle également que deux personnes sur dix contactées sur les réseaux sociaux se sont vus proposés une opportunité professionnelle, et quasiment 60% d’entres elles ont pu obtenir le poste proposé.

Malgré ce résultat assez positif les candidats continuent de privilégier les jobboards classiques pour leur recherche. Il en est de même pour les entreprises. La méconnaissance de ces supports, la problématique de la confidentialité des données personnelles ou la complexité de certains réseaux sont autant de freins à l’utilisation recensés aujourd’hui.

Néanmoins, la multiplication des possibilités de connexion d’outils de recrutement avec les « profils » – notamment au sein des logiciels de e-recrutement – devraient faire progresser significativement l’expérience utilisateur dans les processus de recrutement.