Déclaration sociale nominative (DSN), compte personnel d’activité (CPA), simplification du bulletin de paie, droit à la déconnexion… l’agenda 2017 est chargé pour les DRH français. En plus des nouvelles exigences induites par cette actualité sociale chargée, les professionnels des Ressources Humaines devront répondre présent face aux défis de l’amélioration de l’efficacité au travail en tirant profit des nouvelles opportunités offertes par la loi El Khomri. Ils devront également se mettre à la page en termes d’actualisation de la base des données économiques et sociales (BDES). Décryptage…

Revoir la gestion des horaires de travail

Moduler le travail pour davantage d’efficacité. C’est le défi que devront relever les DRH en 2017. La révision de la durée du travail et la prise en compte effective des configurations alternatives s’imposeront avec force en ce début d’année. Il faut dire que les accords conclus il y a plus de 17 ans dans le cadre des lois Aubry II sont tombés dans l’obsolescence depuis plusieurs années. Résultat : des pratiques aujourd’hui courantes comme les astreintes, le travail semi-continu ou encore le travail à distance sont tout simplement ignorées.

Pour beaucoup, l’année 2017 sera celle du recul des horaires collectifs et de l’émergence de la gestion du temps personnalisée. « Pour les entreprises qui ont choisi en 2000 de glisser de 39 heures à 35 heures, les 23 jours de RTT accordés constituent désormais une compensation trop coûteuse », explique Stéphane Béal du cabinet d’avocats d’affaires FIDAL.

Dans un contexte ultra-concurrentiel où « rationalisation » et « optimisation » deviennent les maîtres-mots, les DRH devront faire preuve de bon sens pour mieux utiliser leurs ressources, et cela passera inévitablement par une meilleure gestion des horaires de travail.

BDES : un hub social qui ne pourra plus être délaissé

Depuis la loi Rebsamen, les entreprises sont contraintes de regrouper les 17 obligations d’information-consultation du comité d’entreprise en trois groupes de négociation. Mise de côté par bon nombre de départements RH, la base des données économiques et sociales(BDES) devra être mise à jour en ce début d’année pour « limiter les risques de contentieux avec les instances représentatives du personnel sur les conditions d’accès, d’organisation et de consultation », explique Bruno Courtine de Vaughan Avocats.

Depuis le 31 décembre dernier, toutes les entreprises doivent disposer de la BDES, également connue sous le nom de base de données unique (BDU). Objectif : rendre plus transparente la répartition de la valeur créée par l’entreprise et permettre aux représentants du personnel de développer une vision claire sur les orientations stratégiques de l’entreprise.

TALENTPEOPLE, le partenaire des DRH

Pour accompagner votre croissance, TALENTPEOPLE mobilise son expérience de plus 11 ans dans les solutions externalisées d’acquisition et de gestion des talents. Avec plus de 2 500 recrutements réalisés chaque année, quelque 10 500 évaluations distancielles et pas moins de 500 contrats d’alternance gérés, TALENTPEOPLE est le partenaire de choix des directions RH.