Six DRH sur dix reconnaissent n’avoir aucune idée du coût de l’absentéisme sur leur structure selon un sondage Opinionway pour Réhalto. De l’autre côté, quatre salariés sur dix en situation de poser un arrêt maladie n’osent pas franchir le pas. Souvent relégué au rang des coûts « gris » que l’on ne peut chiffrer, l’absentéisme coûte aujourd’hui plus de 45 milliards aux entreprises françaises, soit près de 6% de la masse salariale nationale. Explications…

Panorama de l’absentéisme en France

Selon le 8e baromètre de l’absentéisme réalisé auprès de 26 000 entreprises françaises par Ayming en partenariat avec AG2R, le taux d’absentéisme caracole à 16,6 jours d’absence en moyenne par salarié pour un taux de 4,55%. Ce chiffre augmente légèrement à 4,76% pour les entreprises de plus de 100 salariés, tandis qu’il fléchit sensiblement à 4,45% pour les PME. Selon l’étude, la variation de cet indicateur dépend surtout de la taille des équipes dans l’entreprise. S’il n’épargne aucun secteur d’activité, l’absentéisme est manifestement plus prononcé dans le secteur des services (5,65%), les transports (5,40%) et la santé (4,81%).

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce sont les collaborateurs de plus de 55 ans qui s’absentent le plus (6,55%). Les employés de la génération Y affichent un taux d’absentéisme relativement bas (3%). Ce constat s’explique par la tendance des séniors à s’absenter pour des périodes plus longues. D’un autre côté, les femmes ont été plus absentes que les hommes en 2015, avec respectivement 18 jours et 13,6 jours, « à cause des charges familiales », explique le rapport.

La difficulté de l’estimation des coûts

Lorsqu’il dépasse son taux « incompressible », l’absentéisme peut vite se muer en un véritable gouffre financier pour l’entreprise. Il génère trois types d’impact :

  • Impact structurel: la structure en place (équipe, service) doit être modifiée pour absorber la charge de travail du collaborateur absent ;
  • Impact financier: malgré l’inactivité, le collaborateur reçoit un complément de salaire ;
  • Impact de productivité: l’imprévisibilité et le temps de réactivité créent forcément une rupture dans la cadence.

L’évaluation exacte du coût des absences au travail est un exercice laborieux que l’on confie généralement aux « cost killers », comme pour le turnover. Selon Ayming, la facture est pour le moins salée : le coût direct de l’absentéisme serait de 45 milliards d’euros pour les entreprises françaises, en prenant en compte les dépenses liées au remplacement temporaire du collaborateur absent ainsi que « la perte de valeur ajoutée entrainée par cette absence ».

L’absentéisme et l’engagement des salariés

L’absentéisme est un indicateur clé de désengagement qui renseigne sur le climat social des entreprises, notamment dans le privé. Agir sur l’absentéisme revient donc à booster l’engagement de ses collaborateurs.

Selon le même baromètre, les piliers de l’engagement en Europe sont le contenu du travail, les relations interpersonnelles et la reconnaissance de l’entreprise. C’est donc en intégrant ces trois variables que la politique managériale de l’entreprise gagnera en efficacité. Parmi les 250 DRH interrogés, seuls 34% ont mis en place des actions pour pallier l’absentéisme. Ceux-ci ont constaté dans les années qui ont suivi les nouvelles mesures une légère baisse des absences ainsi qu’une meilleure coopération interne. A terme, une amélioration sensible de la performance économique et sociale de l’entreprise a été observée, grâce à « l’engagement visible de la direction et l’implication directe de l’encadrement ».

TALENTPEOPLE accompagne votre croissance

Fort d’une expérience de plus de 11 ans dans les solutions externalisées d’acquisition et de gestion des talents, TALENTPEOPLE se positionne en partenaire de premier choix pour les directions RH. TALENTPEOPLE, ce sont 2 500 recrutements réalisés en 2015, quelque 10 500 évaluations distancielles, 380 Assessment centers délivrés par nos psychologues et pas moins de 500 contrats d’alternance gérés.